rptool Index du Forum

rptool
RpTool

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Zeiss renaissance
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    rptool Index du Forum -> D&D Antonin -> Sil'a
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Padou


Hors ligne

Inscrit le: 16 Jan 2014
Messages: 21
Localisation: Shenaria

MessagePosté le: Mer 29 Jan - 16:24 (2014)    Sujet du message: Zeiss renaissance Répondre en citant

Je ne voulais pas être et encore moins que mon existence soit un fardeau pour lui.




La fièvre
Fièvre qui vient pendant l'automne
Est bien longue ou la mort donne


Très jeune enfant il fut pris par une maladie qui terrasse les jeunes organismes, mais ce petit corps
se vu soigné par la médecine que lui apportait sa bonne famille.
On le mit bien au chaud dans un lit, on lui fit boire beaucoup d'eau claire et bien sûr on mit des linges humides sur son front.
Toute cette eau pour éteindre ce feu qu'est la fièvre n’apaisa pas celui de mon âme.


C'est aussi malheureusement à ce moment que suis revenu... Ce cauchemar qui n'était que le souvenir de quelque chose de trop réel.
Ce souvenir aurai trop bien pu n'être qu'un cauchemar.


Au milieu de cette clairière à chasser l'un de ces monstres d'une espèce qui surpasse la vie en tout point ; libéré par celui qui hait.
Il découvre en même temps que moi le corps meurtri, déformé, torturé de mon frère sur ce rocher. Cette vision accompagne instantanément le souvenir de la douleur du fil qui transperce et tire la chair, l'esprit. Le cousu l'a déchiqueté et lui a laissé son sourire abject, sa signature immonde, la trace de sa corruption incurable sur son corps mais aussi très certainement son âme.
A cette vision, ces impressions, ces souvenirs, l'esprit a envie mourir.
Le corps entier se tétanise puis une nausée arrive instantanément, comme si il était possible de vomir cette chose ; malheureusement il n'en n'est rien.


Au milieu de tout ça, l’idée m’est venue pour la première fois que d’être vivant à nouveau c’était comme d’être éveillé dans un cauchemar.


Le jeune enfant hurle, pleure puis s’évanouit.


Peu a peu son esprit s'éveille à nouveau, toujours attaqué par la fièvre, il divague encore et se perd dans ces souvenirs millénaires.
La fièvre lui amène un frisson, une sensation glaciale parcours son échine, le genre de froid qui se moque de la chaleur.


Je suis seul dans une ruelle déserte, la nuit ; peut être était cette fois dans les royaumes asiatiques où je courrais derrière leurs beautés exotiques ou alors c'était cette nuit froide du nord ou je m’infiltrai à proximité du donjon de la grande cité ; ou alors une toute autre fois...
C'est toujours ce genre de moment qu'elle choisissait pour venir me torturer, la solitude et la nuit.


Je sens sa présence, j'ai l'impression que sa main glaciale est sur mon épaule, je ne veux pas la voir, je n'ose pas me retourner, je ne veux pas voir a nouveau son visage qui glace et sèche mon âme.
Mes yeux sont perdus dans des ténèbres trop noirs, j'ai l'impression que mon cœur va s’arrêter de battre à tout moment.
Elle prend tout son temps et fait durer mon supplice, je n'ai jamais compris ces intentions dans ces moments là : Pure sadisme ? Volonté d'établir le contact ? De regarder au travers de mon âme ?
J'essaye de reprendre le contrôle, de chasser la terreur, de me dire que ce n'est qu'une illusion même si au fond de moi je n'en sait rien. La confrontation est inévitable je sent sa main se poser sur mon épaule, elle me touche, Ell est là.
Mes os, ma chair se glacent j'ai l'impression que je vais mourir, je me retourne et je vois la mort.


L'enfant que suis ou deviens, lui dormait presque paisiblement et a cette vision il se réveille en sursaut, dans une grande inspiration, son petit cœur a bien faillit ne pas y survivre.


Sa mère attrape sa main inquiète et la serre fort. Le médecin affolé lui met de l'eau froide sur la tête secoue son visage lui met des petites gifles pour le faire revenir sans le savoir, un millénaire plus tard.


Il reprend conscience doucement, son cœur se calme peu a peu.
Il dit à sa mère qu'il ne veux plus jamais revoir la sorcière. Que sa main était bien trop froide, il est terrorisé.
Il ferme les yeux.


Il se réveil plusieurs heures après, il semble plus calme mais profondément triste, quelque chose semble brisé en lui. Sa mère le regarde inquiète.


  • Maman, il a tué mon frère et il a sourit
  • Mais non ton frère va bien repose toi
  • C'est pas lui mon frère je le sais très bien ! Il a tué mon frère il l'a fait souffrir, ça le fait rire, ça le fait rire encore, il s'amuse de ça, moi je ne voulais plus revoir ça !



L'enfant semble ivre de colère regarde sa mère dans les yeux. Elle tourne la tête inquiète vers le médecin il quittent la pièce pour en discuter.


Depuis ce jour cet enfant que je devenais peu a peu s’imprégnait de mes souvenirs, de mes émotions et sensations passés voir même de mes connaissances. Tout cela prenais forme dans ces rêves principalement pour le moment mais avait un impacte sur la vie de l'enfant sur sa famille et ses proches. Tous le voyais fou...


Un jour un médecin différent viens voir l'enfant, l'un de ces médecins qui tente de comprendre et soigner l'esprit, il lui parla a lui et sa famille.


Je me souviens de sa curiosité malsaine que suscité mon cas. Il voulais tout savoir, essayé de devenir mon ami, mon confident, me droguait et tentait de m’hypnotiser.


Mais il y a des souvenirs qu'on ne partage pas.


Un jour le médecin dit à la mère de l'enfant :
«  Le petit Karl est très spécial, pour une personne normale il est peu aisé de se souvenir si bien de ses rêves. En effet le principal obstacle pour notre souvenir de rêves et pour avoir des rêves lucides c'est que la mémoire éveil et la mémoire "rêve" ne sont pas connectées aussi bien qu'elles le pourraient avec l'intention, la pratique et la concentration. Il faut faire un effort considérable pour se rappeler et enregistrer nos rêves ce qui aide notre esprit à se rallier plus étroitement à notre rêve. C'est aussi un excellent moyen pour stimuler l'imagination et l'intuition qui sont intimement connectées aux rêves. Je pense que c'est une preuve que Karl est un petit garçon très intelligent, le problème c'est qu'il ne semble pas réaliser qu'il rêve et les confonds avec des souvenirs.
Je pense que nous devrions placer Karl dans un établissement spécialisé, il pourrais, dans un environnement adapté et de bonnes conditions utiliser ses capacités une fois que nous aurions compris sa spécificité. Je pense que son esprit est très futé, plein d’imagination et de créativité, il fraudais pouvoir la canaliser, qui sait peut être pourrait il grandement servir l'Empire.
Faite moi confiance, il est spécial, il sera plus heureux entouré de gens qui comprenne et apprécie cela »


Peu de temps après il l’emmenèrent, sa famille était soulagé mais sa mère fortement triste malgré sa résignation.
Le petit garçon réalisa facilement, il était triste et amère, tout comme moi car au final j’étais devenu ce petit garçon.



_________________
Arbalette ?


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 29 Jan - 16:24 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Chronicles de Limana


Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2014
Messages: 49

MessagePosté le: Mer 5 Fév - 15:00 (2014)    Sujet du message: Zeiss renaissance Répondre en citant

Des dispositions furent prises, le Docteur Caligarus se chargea donc personnellement d'emmener le jeune Karl. Durant une pâle matinée brumeuse, le fiacre parti à travers les contrée de l'ouest impériale. La route fut longue et ennuyante, l'homme de science restât pensif, ne cessant de regarder par la fenêtre. Il avait l'esprit survolté, son visage transmettait a de nombreuses reprises des idées étranges, passant d'une autosatisfaction aiguë à des moments plus contrôlés. Il regardais parfois le jeune garçon rapidement, comme pour vérifier qu'il était bien là, qu'il n'avait pas bougé puis retournait aussitôt à ses reflections.


"Tu verras Karl, tu vas adorer." Répétait-il de temps en temps machinalement sans aucune intentions.


Après quelques jours, le fiacre s’arrêtât, et la porte s'ouvrit. Laissant voir un immense bâtiment, ressemblant à un manoir de grande envergure entouré de murets et de jardins somptueux.


"Voici ta nouvelle maison" S'exclama le docteur dans la joie la plus totale. "Le centre de recherche Bio-phychique Impérial de Garsharon ! Mais nous préférons l'appeler la maison des merveilles. Viens, viens vite mon garçon."


Le centre en lui même se dressais au milieu d'une plaine étendue d'herbe tondue sur des kilomètres. Au loin on pouvait percevoir un petit regroupement de de maison, entourant une grande route partant vers le nord. Plus à l'ouest, le paysage était tout autre, on en percevait que des formes lointaines, mais la capitale impériale avait tout de même une grandeur alarmante. Sous le soleil rasant de cette fin de journée, les structures de Garsharon rayonnaient d'une pureté mystique. Le palais lui même, s’élevant sur plusieurs centaines de mètres au centre éclatait le reste du paysage sous ses différentes couleurs. Mais le jeune garçon n'eut pas plus le temps de contempler cela en détail, la main moite du docteur le poussa à avancer.


A l'intérieur, il vit tout de suite que prendre des repères ne serait pas chose aisées, le complexe du manoir n'était que portes de différentes teintes, et il y en avait partout. Le reste n'était que petits couloirs, petites pièces et escaliers tortueux. On l'emmena dans une chambre minuscule, meublée d'un lit et d'une table basse, sans fenêtre. Il y déposa le peut d'affaires dont il disposait et fut tout de suite embarqué pour "une première séance".


Ont lui posa mille et une questions, tout d'abord des questions normales, sur ses parents, sa naissances, ses impressions et ses ambitions. Puis ensuite d'autres interrogations survinrent, calcules mentaux, croyances, souvenirs. Le Docteur Caligari était surexcité, non pas de poser ces questions, mais bien d'en finir afin de pouvoir passer à la suite, enfin, c’était l'impression qu'il donnait.
_________________
« Et pourtant je le suis… Seulement beaucoup d’années nous séparent. Maintenant je vais te montrer la différence pour que tu n’ais pas à mourir avec l’idée d’avoir été trompé. »


Revenir en haut
Padou


Hors ligne

Inscrit le: 16 Jan 2014
Messages: 21
Localisation: Shenaria

MessagePosté le: Jeu 6 Fév - 22:15 (2014)    Sujet du message: Zeiss renaissance Répondre en citant

Je dois encore lutter, lutter pour ne pas trop en dire...


Pourquoi tant de lampes à huile sont accrochées au plafond ?
Pourquoi le tic tac de cette horloge couvre toujours les voix ?
Quelque chose ne vas pas ici, je le ressent, j'ai beau être jeune j'ai toujours su que quelque chose n'allait pas.


Je ne peux pas feindre la stupidité, le docteur est trop malin, il connais trop bien l'esprit.


Ces souvenirs, quelque chose me dit que je dois les cacher, les travestir. Je dois être ce petit garçon, je dois surtout pas attirer son œil.


Laissez moi je veux revoir ma mère, oui ma mère, c'est une chose si simple et agréable.


Je sais que je ne voulais pas me battre, c'était trop dur, j'ai essayé, j'y était presque, quelque chose à échoué.


Je ne dois pas penser à ces souvenirs, c'est mauvais, pour moi, pour lui, pour beaucoup de gens.


Je ne peux pas me contenter de me dire de ne pas lui les révéler, cela éveil trop mon esprit à ce sujet.
Je dois oublier, ce n'ai que des rêve d'enfant perturbé, a l'imagination trop grande, j'ai peut être vécu un traumatisme prénatal ou quelque chose du genre...




Ce docteur regarde l'enfant avec de grands yeux, on dirais qu'il tente d'incarner un personnage burlesque.
Malheureusement il n'en est rien.


« Bien ! Tu est un petit très intelligent c'est remarquable »


Il éclate de rire et semble très excité.


« Les choses t'apparaissent avec évidence, tu comprend très vite, comme si tu savais déjà tout »


Il jubile avant de reprendre un ton plus grave mais toujours malicieux.


« Il y bien deux trois trucs étranges dans ta tête, tu as beaucoup d'imagination. C'est bien, c'est bien, tu es un bon petit garçon. »


Au fond le petit sait que ce n'ai que le début, je redoute le pire et le petit n'essaye de ne même pas y penser.
_________________
Arbalette ?


Revenir en haut
Chronicles de Limana


Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2014
Messages: 49

MessagePosté le: Mer 19 Fév - 15:39 (2014)    Sujet du message: Zeiss renaissance Répondre en citant

(Ambiance)


Monsieur Caligarus ferma la porte derrière lui. Laissant le petit garçon seul dans la pièce froide. Les murs vides semblaient se rétracter, tout était si sombre, et pourtant si claire. L'enfant le sentait sans le comprendre, quelque chose opérait ici. Une conscience inhumaine, abjecte, serpentant vicieusement entre chaque structure de cette demeure. Un mot éclatât dans l'esprit du petit Karl, brûlant comme l'acide. "Miscilliar", son estomac se contracta sous une violente nausée.


Les jours passèrent, les questions défilèrent. La notion du temps devint difficile à garder, le sommeil n’était plus un moment de repos. Devenu plus redoutable que les séances du docteur lui même, des cauchemars venaient harceler l'enfant, toujours plus terrifiants. Il y reconnu des formes, des visages d'un autre temps. Tous déchirés par l'horreur et le chaos. Cette seringue, c'était ça qui fesait bouillonner ce magma immonde en lui, le forçant à déglutir peu à peu ces souvenirs irréels. Combien de temps tiendrais t-il encore comme ca ? Le docteur et sa seringue, ce produit. Les mots devinrent confus. Ils perdirent peu à peu leurs sens, tout comme cette pile de notes s'entassait sur elle même. Des annotations, des reflections, des mots pour le définir, garder chacune de ses réponses. Les analyser, conclure. Mais que cherche t-il dans toutes ces abominations ? 


La main tendue du Docteur Caligarus éclata sur la table dans un fracas assourdissant.


"Karl !" Hurla t-il. "Ne te déconcentre pas ! Nous y sommes presque maintenaant !!"


Sa bouche se figea, grande ouverte devant l'impassibilité de l'enfant. Il garda néanmoins ses bras tendus vers lui, tenant une feuille de papier blanche sur laquelle était grossièrement dessiné un triangle affiné.


"Bien, que représente ce dessin mon garçon ?"


Le regard de l'enfant s'assombri aussitôt, droit et précis.


"Une arbalète."


"Comment...?"




"Une arbalète."
_________________
« Et pourtant je le suis… Seulement beaucoup d’années nous séparent. Maintenant je vais te montrer la différence pour que tu n’ais pas à mourir avec l’idée d’avoir été trompé. »


Revenir en haut
Padou


Hors ligne

Inscrit le: 16 Jan 2014
Messages: 21
Localisation: Shenaria

MessagePosté le: Mer 19 Fév - 17:05 (2014)    Sujet du message: Zeiss renaissance Répondre en citant

Des larmes coulent doucement et continuellement des yeux du petit garçon, elles bouillonnent sur ses joues fatiguée et brûlantes de fièvre. Catin de docteur, la haine brûle en moi.


Les yeux nauséeux du petit garçon se raidissent.


"Dont j'enfoncerai volontiers les carreaux dans ta tête ou alors l'arme elle même. J'épinglerais volontiers tes yeux à ton nombril avec des carreaux"


Putain, j'en ai marre. L'enfant se met à fondre en sanglot dans un délire de convulsions. Il déglutit un liquide brunâtre sur la table. L'enfoiré d'en face le regarde à peine et le pire c'est qu'il semble absent.


Un moment se passe


"L'arbalète de chasse de mon père pour tuer tous les animaux, je déteste les animaux" dit le gamin doucement.


J'espère que mes ennemies ne sont pas trop omniscients, je ne veux pas tomber entre ses mains. Je le sent trop près, j'ai l'impression d'être en lui, peut être que c'est ma chance d'être si près... C'est la seule chose à laquelle j'arrive à me raccrocher. En même temps je n'ai pas peur, c'est déjà brisé en moi, c'est juste ce petit garçon qui éveil des craintes le reste je m'en fout. Mourir, souffrir...
_________________
Arbalette ?


Dernière édition par Padou le Mer 19 Fév - 20:32 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
Chronicles de Limana


Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2014
Messages: 49

MessagePosté le: Mer 19 Fév - 18:23 (2014)    Sujet du message: Zeiss renaissance Répondre en citant

Le docteur Caligarus ne bougeât plus. Les yeux soudés, un demi sourire étrange complètement bloqué. Son expression aussi ambiguë qu’inquiétante laissait à ce moment paraître un mélange d'émerveillement et de crainte, le tout probablement enfermé dans une profonde névrose. Sa plume se posa délicatement sur le bureau, le dessin fut consciencieusement rangé.


"Très bien Karl." Se décida t-il a dire, en chuchotant presque. "L'examen est terminé, je suis très content, tu as... Réussis."


Il se leva alors d'un élan soudain.


"Tu n'aime pas les animaux alors.. Mais ce que je vois là c'est beaucoup de colère aussi. De la colère oui... Voyons. Il reste néanmoins quelques examens pratiques, ce seront les derniers."


Sur ces mots il fit le tour du bureau, prenant étrangement garde à ne pas approcher l'enfant et ouvrit la porte.


"Des carreaux hein... Oui, je pense que c'est important. Nous allons aller dans la cour."


Ainsi de hommes de main entrèrent, et saisirent le jeune garçon. Le docteur les suivit à quelques mètres de distance jusqu'a ce que la lumière du jour éblouisse à nouveau Karl. Il y avait là un jardin, vaste et pretigieux. Décoré de nombreuses statues étranges, certaines allant jusqu'a présenter des corps anormaux, déformé. Ont positionna l'enfant au milieu de l'herbe.


"Bien, nous allons faire une expérience mon petit, mais ne fait pas de bêtises. Tu pourrais le regretter. Je veux que tu sois très attentif maintenant."


Un autre de ses hommes arrivât alors, portant dans ses bras un coffre de bois qu'il déposa précisément devant le garçon. Lorsqu'il fut ouvert, il y découvrit quelque chose de familier. Une tige de bois taillée surmontée d'une pointe perforante en acier. Un carreaux.
_________________
« Et pourtant je le suis… Seulement beaucoup d’années nous séparent. Maintenant je vais te montrer la différence pour que tu n’ais pas à mourir avec l’idée d’avoir été trompé. »


Revenir en haut
Padou


Hors ligne

Inscrit le: 16 Jan 2014
Messages: 21
Localisation: Shenaria

MessagePosté le: Jeu 20 Fév - 15:46 (2014)    Sujet du message: Zeiss renaissance Répondre en citant

Le petit regarde longuement le ciel, cet éblouissement est si agréable, la lumière enivre, brûle un peu la rétine comme si elle pouvais effacer le visage du docteur. La chaleur du soleil est si agréable, ce doit être plaisant de brûler à ses cotés.


Le petit baisse la tête et regarde tout le monde les yeux éblouis.


"Que, qu’es que je dois faire ?" 
_________________
Arbalette ?


Revenir en haut
Chronicles de Limana


Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2014
Messages: 49

MessagePosté le: Mer 19 Mar - 15:10 (2014)    Sujet du message: Zeiss renaissance Répondre en citant

Un tic nerveux brutalisa un instant les lèvres du docteur. Mr caligarus joignit ses mains moites.


"Hé bien mon petit, commence par le saisir !" dit-il d'une voie presque étranglée. "Tu verras bien ce que tu dois faire ensuite. Aller dépêche toi."


Il y avait là une sévérité sans norme, presque instable, peinant à dissimuler autre chose. Une forme de déception grandissante qui le gagnait peu à peu.
_________________
« Et pourtant je le suis… Seulement beaucoup d’années nous séparent. Maintenant je vais te montrer la différence pour que tu n’ais pas à mourir avec l’idée d’avoir été trompé. »


Dernière édition par Chronicles de Limana le Jeu 20 Mar - 21:32 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
Padou


Hors ligne

Inscrit le: 16 Jan 2014
Messages: 21
Localisation: Shenaria

MessagePosté le: Jeu 20 Mar - 16:26 (2014)    Sujet du message: Zeiss renaissance Répondre en citant

Karl regarde la pointe du carreau qui brille au soleil... Attrape le, serre le fort.


Le garçon empoigne le carreau en son milieu, puis garde ses bras le long du corps, la pointe du carreau vers l'avant, son regard se déplace de droite à gauche, il regarde autour de lui. Parfois son regard croise celui du docteur dans un mélange de crainte et de haine.
_________________
Arbalette ?


Revenir en haut
Chronicles de Limana


Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2014
Messages: 49

MessagePosté le: Jeu 20 Mar - 21:31 (2014)    Sujet du message: Zeiss renaissance Répondre en citant

Le jardin est calme, il n'y as personne d'autres, au loin on aperçois les hautes clôtures de métal parquant la propriété.
Mr Caligarus regarda le garçon durant un long moment, progressivement son visage se décomposait sous une profonde contrariété. Soudain, n'en pouvant plus, il fit signe à l'un de ses assistants.


"Bon. Mettez le en sphère basse. Nous reprendrons dans un mois."


Sur ces mots, il quitta le jardin. Les deux autres hommes vêtus de blanc se regardèrent un moment, puis se dirigèrent vers Karl, une idée bien visible derrière la tête.
_________________
« Et pourtant je le suis… Seulement beaucoup d’années nous séparent. Maintenant je vais te montrer la différence pour que tu n’ais pas à mourir avec l’idée d’avoir été trompé. »


Revenir en haut
Padou


Hors ligne

Inscrit le: 16 Jan 2014
Messages: 21
Localisation: Shenaria

MessagePosté le: Sam 22 Mar - 13:55 (2014)    Sujet du message: Zeiss renaissance Répondre en citant

Foutez lui la paix


Le petit se retourne et recul peu à peu, menaçant maladroitement ses bourreaux en pointant le carreau en leur direction.


"Laissez moi partir, qu’es que vous voulez ? Dites moi je ferai ce que vous voulez mais laissez moi, reculez !"
_________________
Arbalette ?


Revenir en haut
Chronicles de Limana


Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2014
Messages: 49

MessagePosté le: Sam 22 Mar - 18:57 (2014)    Sujet du message: Zeiss renaissance Répondre en citant

L'un des deux hommes est pris d'un rictus de mépris envers le jeune garçon, apparemment décidé à opposer une résistance. L'autre rigole bêtement.


"Viens ici tout de suite" répondit-il froidement tout en s'approchant de plus en plus. "Lache ça et déshabille toi."


Ils venaient, toujours plus près. Étrangement, leurs mouvements parurent plus lents. Tant de failles, d'ouvertures dans leur démarche, tant de possibilités et d'ignorance. Rien de plus facile à présent...
La main de l'homme arriva jusqu’à lui.
_________________
« Et pourtant je le suis… Seulement beaucoup d’années nous séparent. Maintenant je vais te montrer la différence pour que tu n’ais pas à mourir avec l’idée d’avoir été trompé. »


Revenir en haut
Padou


Hors ligne

Inscrit le: 16 Jan 2014
Messages: 21
Localisation: Shenaria

MessagePosté le: Dim 23 Mar - 01:30 (2014)    Sujet du message: Zeiss renaissance Répondre en citant

Perfore le et arrache.


Le gamin fait glisser le carreau au bout de sa main et l'enfonce profondément dans le bide flasque de l'un des hommes. Il finit de l'enfoncer avec la pomme de la main puis le retire du bout des doigts en le faisant dévier pour qu'il arrache les organes.


"Recul chien ou j'enfonce les organes de ton ami dans ton ventre"


Le gamin menace l'autre homme avec un carreau empli de sang et un bout de tripes du premier homme.
_________________
Arbalette ?


Revenir en haut
Chronicles de Limana


Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2014
Messages: 49

MessagePosté le: Jeu 3 Avr - 15:21 (2014)    Sujet du message: Zeiss renaissance Répondre en citant

Complètement éberlué par ce qui venait de se produire, l'autre homme recula d'un pas. Dans un bruit écœurant, le reste des boyaux se déversèrent soudainement hors du ventre.
Il farfouilla maladroitement ses poches à la recherche de quelque chose.


"Tu vas payer pour ça, petit larveux. Tu vas payer.."


Ses poings se refermèrent.
_________________
« Et pourtant je le suis… Seulement beaucoup d’années nous séparent. Maintenant je vais te montrer la différence pour que tu n’ais pas à mourir avec l’idée d’avoir été trompé. »


Revenir en haut
Padou


Hors ligne

Inscrit le: 16 Jan 2014
Messages: 21
Localisation: Shenaria

MessagePosté le: Ven 4 Avr - 12:57 (2014)    Sujet du message: Zeiss renaissance Répondre en citant

Des larmes coulent à flots sur les joues du petit, son visage est celui d'un gamin maltraité et pleurnichard. 
Par contre, sa main armée d'un carreau menace son adversaire avec détermination, son bras balaye l'espace avec fluidité et rapidité.
Ses jambes sont tremblantes de chagrin et de peur mais légèrement fléchies, prêtes à bondir sur son adversaire.


"Laissez moi partir maintenant... Laissez moi allez à l'école... Je veux plus aller avec le docteur"


Le petit regarde autour de lui cherchant une échappatoire mais il sait que ses petites jambes ne lui permettrons pas de les semer.
_________________
Arbalette ?


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:13 (2018)    Sujet du message: Zeiss renaissance

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    rptool Index du Forum -> D&D Antonin -> Sil'a Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com